Le transport de nos tortues.


Ne jamais mettre d'eau dans les containers qui servent au transport (risque de noyade même dans une faible hauteur d'eau).
Les déplacement se font, de préférence, aux heures les moins chaudes de la journée mais si, pour une raison ou pour une autre, il vous faut tout de même en passer par là, suivez les conseils suivant :
Bac individuels foncés (animaux adultes ou juvéniles)
Substrat :
Pour les tortues terrestres : terre(quelques centimètres) ou sopalin.
Pour les aquatiques : un linge  bien mouillé de préférence au sopalin imbibé qui se déchire.

La tortue doit être bien calée dans la boite, il ne faut pas qu'elle puisse se retourner.
Fermer la boite, la trouer à plusieurs endroits.

Mettre cette boite dans glacière ou boite polystyrène calée par des morceaux de glace et divers linge ou journaux, fermer complètement la glacière ou la boite de polystyrène.
La lente décongélation simule la fraicheur nocturne pour les tortues et favorise donc l’endormissement pour la durée du trajet.

ATTENTION

S'il s'agit d'un transport de tortues malades, naturellement, ne pas refroidir avec de la glace.


Le transport et la législation.

Le déplacement, même sur une courte distance, d’une espèce protégée nécessite l’obtention d’une autorisation de transport délivrée par la D.D.S.V. du département d’accueil. Sans ce document, ainsi que les documents prouvant l’origine légale de votre animal (factures, CIC..), vous risquez dans le cas d’un contrôle notamment douanier des sanctions lourdes (amende voir  saisie du véhicule). En fonction de l’origine indiquée sur le CIC de votre tortue, l’autorisation de transport n’est pas toujours nécessaire, le CIC la remplaçant.