Les tortues aquatiques doivent être nourries dans leur élément aquatique (bassin ou aquarium). La manipulation répétée qui consiste à sortir une tortue de l'eau afin de la nourrir constitue un stress considérable qui affaiblit leur défenses naturelles et crée une porte ouverte à nombre de pathologies qui n'attendent que cela pour se développer encore plus vite.

La fréquence et les doses varient en fonction de l'âge. Il est évident qu'une tortue de quelques mois ne se nourrira pas de la même manière qu'une adulte de près de 2 kg. Il faut garder à l'esprit qu'un bb se nourrit chaque jour à raison d'une quantité de nourriture égale au[color=red] volume de sa tête[/color]. Pour une adulte, on pourra instaurer un jour de jeun, voire deux (mais non consécutivement), ne les nourrir que deux à trois fois par semaine. Le processus de digestion des tortues étant long et lent, des repas trop fréquent et copieux entrainent des problèmes de santé sur le long terme, de la même façon que pour un être humain.

Le rapport phosphocalcique des aliments est un facteur essentiel de l’alimentation des aquatiques au même titre que les terrestres. Il doit être supérieur ou égal à 2. La raison pour laquelle  le taux de calcium doit être deux fois supérieur à celui du phosphore c'est qu'il joue un rôle déterminant pour une bonne croissance de la carapace et du squelette.
Ce qui nous amène à parler des fameuses crevettes séchées. Celles qu'on vous vendait il y a quelques années avec le bac à palmier (et qu'on vend encore dans les rayons des supermarchés, hélas). Le phosphore y est très important, la valeur nutritive nulle et pour couronner le tout ces trop fameuses "gâteries" passées au stade de nourriture de base, par ignorance des propriétaires de tortues, sont porteuses de parasites.
Les crevettes doivent être données crues, fraiches ou décongelées. Les roses sont cuites (celles qu'on voit le plus souvent pour faire des salades d'été), ne les prenez pas car les tortues ne doivent jamais manger d'aliments cuits. Sur le plan nutritif, la crevette est excellente et constitue un bon apport en calcium et vitamine.
Les moules : évitez d'en donner trop souvent, on les accuse de bien des maux en particulier d'avoir un fort pouvoir de filtration des pollutions. Bactéries, salmonelle à la clef auxquels on peut ajouter les divers agents toxiques tels les produits chimiques industriels déversés sur les littoraux par les entreprises peu regardantes.
Ne donnez pas de poissons qui contiennent une forte teneur en thiaminase car cet enzyme détruit la vitamine B1. Ces vilains ont pour noms : l'alose, l'éperlan, la sardine, le panga, le hareng, la carpe, le chabot, le poisson-chat.

Donnez des poissons maigres : qu'ils soient de rivière ou de haute-mer. Bref, préférez un poisson de mer maigre à un poisson de rivière gras. Faites quelques exceptions, notamment pour le saumon, qui est un poisson gras mais qui représente une source de vitamine A conséquente.
Vous pouvez varier le poisson frais et congelé. En prenant bien soin de ne pas recongeler un poisson (ou toute autre nourriture) qui a décongelé.
Une petite liste non exhaustive mais qui vous donnera un beau panel des possibilités qui vous sont offertes de nourrir correctement vos carapaces :

-anguilles, saumon.
-petits poissons crus et entiers (sauf ceux signalés plus hauts)
-fruits de mer (rappel : la moule est à donner rarement).
-vers de terre, limace, limaçon, escargots des jardin entiers et non écrasés (avec la coquille pour le calcium).
-foie cru de bœuf, volaille, veau (pour la vitamine A), tous les 10/15 jours.
-cœur de bœuf (ne pas abuser, même fréquence que le foie).
- insectes : les blattes par exemple sont un excellent aliment à préférer aux grillons. De plus, il est possible de faire un élevage chez soi, peu couteux.
- blanchons (aliment complet par excellence).
- os de seiche. On le laisse flotter à la surface de l'eau, en ayant pris soin au préalable de le laver, ôter les parties coupantes qui peuvent occasionner des blessures à vos carapaces.
- viande volaille : dinde, poulet.
-truite, gardon, brème, rotengle, perche, gambusies, ablettes, crabes, écrevisses, friture de joels.
Pour le végétal : toutes les mauvaises herbes qui font les délices des tortues de terre peuvent être, bien entendu, données à vos aquatiques et végétaux cultivés également (pissenlit, trèfle, plantain, luzerne, liseron, laiteron, feuille de navets et radis, raquette et fruit du figuier) etc). Certaines s'en délecteront comme les pseudemys nelsoni ou les pseudemys concinna concinna. D'autres espèces seront indifférentes, soit parce qu'elles sont uniquement carnivores, soit parce qu'il faudra attendre quelque années. En effet, dans le cas des trachemys vieillissantes, un régime plus nettement végétarien se substitue souvent aux repas avant tout carnés de leur jeunesse . C'est pourquoi, une distribution régulière de feuilles d'endive, de cresson, de mâche, de frisée gagneront leurs faveurs, plus ou moins précocement selon les individus. A noter que certains bb trachemys commencent très tôt à consommer des végétaux, presque au même rythme qu'un bb ocadia du même âge.
-plantes aquatiques du type jacinthe d'eau, lentille d'eau, laitue d'eau.
-fruits : en très petite quantité et très occasionnellement ( sinon excès d'acidité gastrique).
-stick ou mini-croquettes pur carpes koi.
-Dogador (à réserver aux grosses tortues car il s'agit d'un mix de viande de poulet et d'os qui ne convient pas pour un petit bec).

Pour terminer ce panorama de l'alimentation pour tortues aquatiques, n'oubliez pas ceci : les tortues en captivité sont souvent trop nourries (et parfois mal). L'alimentation d'une tortue adulte doit être équivalente de 3 à 5% de son poids, tandis que celle d'une juvénile en pleine croissance et qui consomme beaucoup d'énergie pourra atteindre les 10%.
Ayez donc la main légère et choisissez les bons aliments.


Gastronomie.

Escargots à la nage.

go

go1




Truite

go2




Crevettes crues

go3



                                                       Blanc de poulet cru

go4

 

 

 

 

Endives

go5


                                                            
                                               
A PROSCRIRE (exemples)    


Les gammares séchés (crevettes séchées) contiennent trop de phosphore et pas assez de calcium, ils n'ont aucune valeur nutritive. Les crevettes doivent être données fraiches et crues (alors riches en calcium et pleines de vitamines).

 

go6

 

Moules

Mieux vaut l'éviter si l'on n'est pas sûr de sa provenance ou de l'état sanitaire de l'nedroit où on les prélève car la moule est un coquillage à fort pouvoir de filtration des pollutions, elle retient un nombre important de bactéries et de salmonelles.

 

go7