Testudo Boettgeri
(Mojsisovics, 1889)
Biotope :
On la surnomme la "cousine orientale'" de Testudo Hermanni dont elle était autrefois la sous-espèce orientale, son territoire se répartissant de l'ex-Yougoslavie, Albanie, Bulgarie, Roumanie à la Grèce. Elle affectionne les prairies, les forêts clairsemées de chênes-lièges et le maquis méditerranéen.
Description :
De couleur légèrement verdâtre, assez pâle par rapport à la th, elle ne possède pas sa tâche sub-occulaire jaune. Sa dossière de forme plus trapézoïdale, surtout chez le mâle possède une supracaudale double (de rares cas de supracaudale simple sont cependant observés chez certains individus). Les bandes noires du plastron sont discontinues et le sillon médian des plaques pectorales est plus grand ou égal au sillon médian des plaques fémorales.

148
Bandes noires discontinues du plastron.
Taille d'une femelle adulte : 27 cm.
Taille d'un mâle adulte : 24 cm environ.
Reproduction :
En dehors de la saison des amours, les mâles doivent être élevés seuls dans un enclos et les femelles (un mâle pour trois femelles) le seront dans un autre.
Deux ou trois pontes par an à raison de de 4 à 14 œufs à chaque fois.
Maintenance :
Elle ne diffère pas de celle de th. L'enclos doit être le plus vaste possible, excepté pour les juvéniles qui seront logés dans leur enclos propre ( isolés des tortues adultes s'il y a), sécurisé par le haut et le bas, d'environ 2 mètre sur 2 mètre, et ceci jusqu'à 5/6 ans, âge auquel ils pourront vivre dans un enclos plus grand et sans renfort de protection excessif. Pour les petits, il y a autant à craindre des oiseaux (pies, corbeaux) que des rats, ou des chiens.
Les clôtures doivent être enfoncées dans le sol à une hauteur de 20/30 cm, la hauteur de grillage peut être de 30/50 cm, voire moins s'il y a retour intérieur et coins dans les angles afin d'empêcher les escapades de nos aventureuses carapaces si astucieuses. Le bas de la clôture peut être masqué et renforcé par des rondins, ou planches, ce qui permet d'éviter qu'elles cherchent constamment à vouloir sortir de l'enclos.
Il est hautement recommandé de planter des mauvaises herbes dans l'enceinte afin de laisser les tortues se servir elles-mêmes, sans intervention humaine. Les mauvaises herbes sont nombreuses, citons : plantain, pissenlit, trèfle, laiteron, etc..attention néanmoins toutes les mauvaises herbes ne sont pas bonnes et certaines peuvent se révéler toxiques. Évitez le lierre et les laurier-rose à proximité des enclos.
La cabane bourrée de foin est située en hauteur à l'abri de toute humidité et vent, de manière à profiter des premiers rayons du soleil matinal. On peut lui adjoindre un toit en plexiglas, voire une serre au tout début du printemps si les températures tardent à monter. L'été, il convient d'ouvrir tout ou partie de cette serre, voire de l'enlever de l'enclos car elle peut vide devenir une étuve.
Hibernation :
Au mois d'octobre mais parfois avant (mi-septembre souvent chez les boettgeris qui sont assez précoces ), la tortue se réfugie dans sa cabane plus longuement, ne sortant que rarement si le soleil se montre généreux, elle commence à s'enterrer. Laissons la faire. Soit, elle hibernera sous la cabane grâce à une épaisse couche de terre, bien protégée des rongeurs (il suffira de protéger le tout de bâche contre la pluie et d'un voile d'hivernage les jours de gelées), soit elle hibernera en cave, dans un caisson rempli de terre de bruyère ou terre de jardin plus une couche de feuille de noyer et de paille au-dessus. Dans les deux cas, une surveillance constante (mais sans toutefois déranger les tortues) sera apportée concernant la température (comprise entre 5 et 8°) et l'hygrométrie (80/85%).
Législation :
Cette tortue est placée en Annexe 2 de la Convention de Washington, classée en Annexe A du Règlement européen. L’arrêté du 10 août 2004, impose au futur propriétaire de faire une demande d’autorisation de détention, avant acquisition (AEA).
boeuf_080
 
boeuf_021
 
L’arrière de la dossière est recourbée chez le mâle.
_________________